TURLUPIN


TURLUPIN
TURLUPIN

TURLUPIN HENRI LEGRAND dit (1587 env.-1637)

Personnage créé par le comédien Henri Legrand au début du XVIIe siècle. Vers 1615, Henri Legrand joue à l’hôtel de Bourgogne, avec les farceurs Gaultier Garguille et Gros-Guillaume, qui seront longtemps ses partenaires, et auxquels son nom reste associé. Peut-être avait-il auparavant joué en province, ou sur les tréteaux des Halles et du Pont-Neuf. Turlupin sera le dernier survivant du trio; il semble que sa popularité ait été moins grande que celle de ses camarades. Nous savons peu de choses sur sa personne. Les contemporains s’accordent sur ses qualités d’acteur: l’abbé de Marolles dit qu’il avait beaucoup d’esprit; Sauval, qu’il était «adroit, fin, dissimulé et agréable dans la conversation». Dans la Comédie des comédiens , Bellerose écrit: «Turlupin est bien des plus gentils garçons qui se peuvent rencontrer pour le théâtre.» Henri Legrand créa sans doute le personnage de Turlupin avant 1615. En 1620-1621, il joue avec Gros-Guillaume la Farce plaisante et récréative où il incarne le valet fourbe qui fera son succès. Le nom de Turlupin était déjà courant à cette époque: il désignait à l’origine un personnage souffreteux, que Henri Legrand a transformé en lui ajoutant un caractère fourbe, qui dénote des influences de la comédie italienne. D’autre part, une gravure de Mariette, représentant les trois farceurs de l’hôtel de Bourgogne, nous montre que Turlupin portait un masque voisin de celui de Brighella et un costume hérité du second Zani (le Zani fourbe). Le personnage créé par Henri Legrand est le plus «italien» des personnages du trio: stupide en apparence, il est fourbe, galant, il aime la bonne chère. C’est l’ancêtre direct du Mascarille et du Scapin de Molière.

Turlupin a laissé son nom à un certain genre de farces de tréteaux, les «turlupinades», où coq-à-l’âne, calembours et plaisanteries se côtoient.

⇒TURLUPIN, subst. masc.
A. — HIST., le plus souv. au plur. Membre d'une secte qui se répandit au XIVe s. en France, en Allemagne et dans les Pays-Bas et qui soutenait qu'on ne doit avoir honte de rien de ce qui est naturel (d'apr. LITTRÉ). À partir de ce moment [1255], persécutions sans nombre dans Paris (...) en 1372, contre les turlupins (HUGO, Paris, 1867, p. 27).
B. — 1. Subst. masc. et adj., vieilli ou littér. [P. allus. à Turlupin, surnom de l'aut. de farces Henry Legrand] (Personne) dont les écrits ou les paroles sont de mauvais goût, qui fait des plaisanteries grossières. Synon. mauvais plaisant. Un marchand de couleurs, épigrammatique et turlupin, se signalait entre tous. La pauvre femme ne pouvait passer devant sa poudre à punaises, sans qu'aussitôt il engageât quelque colloque facétieux avec les compères (BLOY, Femme pauvre, 1897, p. 261). Des esprits contraires (...) Traitaient Ibsen de turlupin, Disant que son « Canard sauvage » Dont on faisait si grand tapage, N'était, en somme, qu'un... lapin (PONCHON, Muse cabaret, 1920, p. 293).
2. Comédien médiocre, bouffon. Un turlupin émiettait, dans une sauce rebattue de musique, du patriotisme et de l'amour (HUYSMANS, Sœurs Vatard, 1879, p. 316). Le nez de Breuce était un peu trop long, et rond du bout (...). Le profil s'aiguisait à la renarde, à cause du front oblique et de la toison, qui formait bonnet. La mobilité de cet ensemble tenait un peu du clown, du turlupin (LA VARENDE, Roi d'Écosse, 1941, p. 26).
C. — TEXT. ,,Petit chardon très flexible, qui servait à effectuer le lainage des draperies nouveauté`` (Lar. encyclop.).
Prononc. et Orth.: []. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. A. 1. 1374 Turlupins « membres d'une secte hérétique du XIVe s. » (Comptes de Nicolas Mauregard ds DU CANGE, s.v. Turlupini: en faisant poursuitte contre les Turlupins et Turlupines); fin XIVe s. Turelupins (Chron. des règnes de Jean II et de Charles V, éd. R. Delachenal, t. 2, p. 162: la secte, le abit et les livres des Turelupins, autrement nomez la Compaignie de povreté, condempnez de heresie [le 4 juillet 1372]); 2. 1378 turlupin fig. « faux-dévôt » (Miracle de Pierre le Changeur, 596 ds Miracles de N.D. par personnages, éd. G. Paris et U. Robert, t. 6, p. 249). B. 1. 1618 surnom de l'auteur de farces Henry Legrand (1583-1634) réputé pour ses mauvais jeux de mots (Le Tocsin des filles d'amour ds Variétés hist. et littér., t. 2, p. 273: Signé: Turlupin et Pierre Dupuis); 2. 1653 « homme qui fait de mauvais jeux de mots, des plaisanteries de mauvais goût » (D'ASSOUCY, Le Ravissement de Proserpine, p. 50). C. 1876 text. (Lar. 19e). Orig. inconnue. Fréq. abs. littér.:15.
DÉR. Turlupinade, subst. fém., le plus souvent au plur., vieilli ou littér. [Corresp. à supra B] Plaisanterie de mauvais goût. Au temps où il faisait sa cour à Sylvie, elle [Annette] fut son alliée; plus d'une fois, elle vint à son secours, quand il était en butte aux turlupinades de sa fiancée, trop sûre de son pouvoir pour ne pas en abuser (ROLLAND, Âme ench., t. 2, 1925, p. 118). P. méton. Ma chambre était inondée de volumes malpropres empruntés au cabinet de lecture voisin:M. Dupont, André le Savoyard, Sœur Anne, et que sais-je encore! Malvina dévorait ces turlupinades (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 9). P. anal. J'en suis las, moi, des enterrements, et des catastrophes soudaines, et des ruptures d'anévrisme, et des gouttes qui remontent au cœur [prétextes aux absences d'un employé], et de toute cette turlupinade de laquelle on ne saurait dire si elle est plus grotesque que lugubre ou plus lugubre que grotesque! (COURTELINE, Ronds-de-cuir, 1893, p. 36). []. Att. ds Ac. dep. 1718. 1re attest. 1646 (F. DE BOISROBERT, Epistres en vers, t. 1, p. 220); de Turlupin, nom propre (v. supra), suff. -ade.
BBG. — SPITZER (L.). Turlupin. Mod. Lang. Notes. 1946, t. 61, pp. 104-108.

turlupin [tyʀlypɛ̃] n. m. et adj.
ÉTYM. XIVe, nom d'une secte d'hérétiques; « mauvais plaisant », XVIIe, nom d'un fameux acteur (Henri Legrand) du Théâtre de la Foire, puis de l'Hôtel de Bourgogne; orig. incert., p.-ê. de turlupiner au sens de « jouer un petit air ». → Turlupiner.
Vx. Personnage de théâtre qui fait des farces; par ext., mauvais plaisant. Farceur (→ Assemblage, cit. 6).Une foule innombrable de turlupins (→ Grève, cit. 9).
0 Toutefois à la cour les Turlupins restèrent
Insipides plaisants, bouffons infortunés,
D'un jeu de mots grossier partisans surannés.
Boileau, l'Art poétique, II.
REM. Le mot a été repris en 1978 dans le vocabulaire politique. || « M. Jacques Chirac (…) a classé ses partenaires en trois catégories : les courtisans, les bouffons, les turlupins… » (l'Express, 23 janv. 1978, p. 55).
DÉR. Turlupinade, turlupinesque.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Turlupin — Tur lu*pin, n. [F.] (Fr. Eccl. Hist.) One of the precursors of the Reformation; a nickname corresponding to Lollard, etc. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Turlupin — (spr. Türlüpäng), 1) Bühnenname des zur Zeit Ludwigs XIII. lebenden Komikers Belleville in Paris. Davon 2) Possenreißer, fader Witzling, Schwätzer, u. Turlupinade, Witzelei, Possenreißerei; Turlupiniren, witzeln, Jemand zum Besten haben, foppen;… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Turlupin — (franz., spr. türlüpäng), ursprünglich Name einer übel berüchtigten fanatischen Sekte, die im 13, und 14. Jahrh. in Frankreich umherzog; dann Beiname des französischen Komikers Legrand unter Ludwig XIII., daher soviel wie Possenreißer.… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Turlupin — (Türlüpäng), Bühnenname des Komikers Belleville unter Ludwig XIII.; Possenreißer …   Herders Conversations-Lexikon

  • Turlupin — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Turlupin Turlupin : adepte du Libre Esprit Turlupin (acteur) : nom de scène d Henri Legrand, dit Belleville Dérivé du précédent, amateur de… …   Wikipédia en Français

  • turlupin — (tur lu pin) s. m. 1°   Sectes d hérétiques qui se répandirent en France, en Allemagne et dans les Pays Bas pendant le XIIIe et le XIVe siècle ; ils soutenaient qu on ne doit avoir honte de rien de ce qui est naturel. 2°   Fig. Nom de farce que… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • TURLUPIN — s. m. Nom d un acteur de nos anciennes farces : on le donne par mépris à Un homme qui fait des allusions froides et basses, de mauvais jeux de mots. C est un turlupin. Un vrai turlupin …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • TURLUPIN — n. m. Homme qui fait de basses plaisanteries, de mauvais jeux de mots, par allusion au célèbre acteur de farces du XVIIe siècle. C’est un turlupin. Un vrai turlupin …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Turlupin — …   Useful english dictionary

  • Turlupin (acteur) — Pour les articles homonymes, voir Turlupin, Legrand et Belleville. Henri Legrand, dit Belleville (dans les pièces sérieuses), et Turlupin (dans les farces), né à Belleville[1] (1587), décédé à Paris (1637), est un comédien français. Jouant d… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.